Dieu et le football

Alors que le Mondial de football au Brésil a commencé, les supporters ne sont pas les seuls à prier pour que leur équipe marque des buts. Les joueurs sont nombreux à confier leur réussite au Ciel.

«Si les meilleurs chrétiens évoluaient sous le même maillot, le « Jesus football Club » serait un des plus belles équipe du monde»

Longue est en effet la liste des meilleurs joueurs de la planète...qui revendiquent leur foi chrétienne sur le terrain et les plateaux télé.

Le reportage, consacré aux rapports entre christianisme et football, rapporte ainsi qu’ en France l'équipe PSG alignait à certains match une défense 100% évangélique avec Maxwell, Thiago Silva, Alex et Marquinhos. Commentaire de Marcos Ceara, ancien du PSG et pasteur évangélique : «Ça permet de faire une barrière de Dieu afin que leurs adversaires ne rentrent pas»

 

En équipe de France, Yohan Cabaye, le milieu de terrain français, a récemment fait son «coming out» dans le quotidien la Croix. Il explique : «Ma foi occupe une très grande place dans ma vie. J’ai la chance de vivre une très belle vie, sportive, humaine et familiale aussi. J’ai tout ce dont j’ai envie, mais je sais que, du jour au lendemain, tout peut s’arrêter. Je remercie Dieu pour la vie qu’il me donne et lui demande de rester croyant et d’être épargné par le Mauvais. J’ai toujours été plus ou moins croyant, mais plus je grandis et plus ma foi grandit. Je ne peux pas faire sans.»

Dieu joue pour le Brésil

« Dieu joue pour le Brésil  » , il y a quelques jours, racontant l'histoire controversée de la puissante congrégation des Athlètes du Christ dont font partie certains joueurs de la Seleção. Le journal rapporte cette anecdote : «Bien que discret, Neymar n'a jamais caché sa foi (il se met à genoux après chaque but, ndlr). La star de la Seleção est fidèle à l'église pentecôtiste de São Vicente, dont le pasteur lui avait prédit qu'il serait un des plus grands joueurs du monde alors qu'il n'avait que 14 ans. Une prophétie qui n'a pas coûté cher et qui rapporte gros.»

Attribuer à Dieu la réussite sur le terrain ? Le phénomène n'est pas nouveau. On se souvient que Maradona avait parlé de la «main de Dieu» pour qualifier son but marqué de la main contre l'Angleterre en quarts de finale de la Coupe du Monde 1986. L'expression est désormais consacrée et ressort régulièrement lors de but aussi «miraculeux».

De même Pelé, qui a pris sa retraite sportive en 1977, explique dans le documentaire de Canal+ :«tout ce que j'ai fait, je le dois à Dieu. Je lui dois la santé et tout ce que j'ai fait dans le football.»

La dimension spirituelle plus forte

L’avis de Dominique Lebrun, évêque de Saint-Etienne et ancien arbitre. Selon lui les sportifs de haut niveau ont une conscience particulièrement aigüe de leurs limites : «Toute activité humaine dépend de Dieu. Les footballeurs croyants savent que leur activité sportive se vit sous le regard de Dieu. Les sportifs de haut niveau tutoient leurs limites et se rendent compte, plus que d’autres, qu’ils ne sont pas tout-puissants et alors la dimension spirituelle se manifeste plus fortement.

 

Source: lavie


Article lu 1689 fois

Retour aux articles
nouveau

Rappel menu

Emissions

A propos d'Antioche Radio

Réseaux sociaux

réseaux sociaux
Dj Antioche Restaurant Saint Ors Antioche Design Gospel CD

Copyright © 2017 Antioche Radio Tous droits réservés

Designed by AntiocheDesign

FaceBook YouTube Twitter